Méthodes de fixation

 

Méthodes de fixation

 

Toutes les prothèses peuvent être maintenues en place avec de l’adhésif ou au moyen de la sangle (avec ou sans la sangle+). Les prothèses sont livrées avec des instructions expliquant les différentes méthodes de fixation qui existent actuellement, ainsi qu’avec les pièces nécessaires pour utiliser ces méthodes ; libre à vous de choisir celle que vous préférez.

 



 

Méthode 1  : adhésif médical


Il se peut que la méthode de l’adhésif fonctionne pour vous, même si elle n’avait pas marché avec d’autres prothèses que vous avez essayées auparavant. Certaines prothèses sont fabriquées à partir de matériaux qui ne sont pas compatibles avec les adhésifs ; d’autres sont tellement rigides qu’elles n’adhèrent tout simplement pas. 


Pour en savoir plus sur la méthode de l’adhésif, voir la page « Adhésifs ».





Méthode 2  : la sangle



Les prothèses t2 sont conçues pour être maintenues en place au moyen d’une simple sangle élastique.

 

La sangle est portée comme une coquille de protection (« jockstrap ») – la prothèse faisant office de coquille –, et elle est destinée à être solidement mais confortablement attachée au corps.


La sangle est un élastique mou, fin, translucide et étanche (il résiste à l’eau, au chlore, au sel et à la transpiration). Il ne risque pas de s’accrocher dans vos poils ni d’entailler votre peau, et il est très résistant.

 

La sangle passe par des orifices situés sur le haut de la prothèse et est nouée autour de la taille.

Si vous souhaitez que le scrotum soit davantage plaqué contre votre corps, vous pouvez utiliser deux morceaux d’élastique supplémentaires que vous ferez passer autour de vos cuisses, une extrémité étant attachée à la prothèse et l’autre à la sangle nouée autour de votre taille.

 

La prothèse est fournie avec tous les éléments nécessaires pour pouvoir être utilisée avec la sangle. Elle est livrée avec des instructions détaillées et avec une quantité suffisante d’élastique pour vous permettre de tenir quelques mois. L’élastique utilisé est bon marché et il est facile de s’en procurer en ligne.

 



 

Méthode 3 :  la sangle + (avec élastiques)


Dans cette méthode, vous combinez la sangle avec deux petits élastiques qui permettent de maintenir fermement la prothèse contre le pelvis. Les élastiques sont attachés à la sangle, à la prothèse, et à quelques poils pubiens. La prothèse est maintenue en place directement contre le corps.

 

À mesure que les poils poussent, vous pouvez tirer dessus pour resserrer faire en sorte que la prothèse soit mieux maintenue. Vous pouvez utiliser cette méthode en permanence. Le système est relativement discret, étant donné que l’élastique est attaché à la base des poils, contre la peau.

 

 


 

 

Méthode 4  :  la sangle+ (avec ficelle) 

 

Les prothèses sont désormais suffisamment molles, malléables et légères pour pouvoir tenir en place en étant seulement maintenues par un morceau de ficelle en coton attaché aux poils pubiens. Mais comme il n’est pas facile d’attacher la ficelle sans tirer trop sur les poils, il est conseillé d’utiliser cette méthode en combinaison avec la sangle.

 

Une fois la prothèse en place, vous devrez simplement resserrer le lien lorsque cela deviendra nécessaire, après quelques jours ou quelques semaines.

Comme la ficelle est attachée aux poils qui se trouvent sous la prothèse, on ne la voit pas.




 

Toutes les prothèses sont munies des orifices de raccordement nécessaires pour pouvoir utiliser la méthode de la sangle et celle de la sangle+.


Les prothèses sont livrées avec des instructions détaillées, et vous pouvez me contacter à tout moment en cas de question.